Govtech : une opportunité de créer des champions européens

Qu’est ce que la Govtech ?

En 2014, en France, la fonction publique emploie 5,6 millions de personnes, et représente environ 20% de l’emploi total en France. En Europe plus de 25 millions de personnes sont employées par une administration. La Govtech est l’ensemble des outils technologiques utilisés par ces fonctionnaires pour accomplir leur mission.

Le Govtech Fund explique très bien la notion de Govtech en évoquant un continuum reliant citoyens et administrations. D’un coté il y a ce que l’on appelle la Civictech, qui est l’ensemble des outils utilisés par les citoyens pour influencer l’espace public. La Civictech permet de s’organiser, d’améliorer sa ville, de participer au débat public etc. De l’autre coté du spectre il y a toute l’infrastructure technique et les outils nécessaires à l’administration pour fournir des services aux citoyens, c’est à dire la Govtech. Pour reprendre la formulation du Govtech Fund:

"La Govtech est le système d’exploitation du gouvernement"

Quelques exemples de Govtech

  • SeamlessDocs, une entreprise américaine, permet aux administrations de dématérialiser facilement leurs formulaires
  • OpenDataSoft permet aux administrations d’ouvrir facilement leurs données
  • Vous l’aurez deviné, Manty est une entreprise de Govtech qui permet aux administrations de piloter l’action publique grâce aux données numériques

L’opportunité de la Govtech

Les plus grosses organisations du monde

En France, la fonction publique représente 20% de l’emploi. C’est donc, de très loin, la plus grosse entreprise française. Malgré les idées reçues, la France n’est pas du tout une exception parmi les pays occidentaux, et même aux Etats-Unis, qui ne sont pas spécialement connus pour leurs politiques en matière d’emploi public, 15% des actifs travaillent dans une administration. La médiane européenne est à 24%, ce qui signifie que dans la moitié des pays européens, plus de 24% des actifs travaillent pour le public.

Les gouvernements sont les plus grosses entreprises du monde

Ce sont non seulement les plus grosses entreprises du monde, mais ce sont également les plus influentes. Malgré tous les discours alarmistes sur les avancées des grandes multinationales, c’est encore l’Union Européenne qui fait payer des amendes à Google et non l’inverse. C’est encore le Parlement français qui vote les lois et non Total. Les gouvernements ont une influence profonde sur la vie des citoyens, qui se manifeste tous les jours, lorsqu’on sort dans la rue qui vient d’être nettoyée, lorsque l’on inscrit son enfant à l’école, lorsque l’on reserve un terrain de foot pour jouer avec ses amis.

Des investissements massifs dans la technologie

Selon une étude Gartner sortie en 2015, les administrations dépensent 400 milliards de dollars chaque année dans la Govtech. Les gouvernements sont donc les organisations les plus imposantes et les plus influentes de nos sociétés, et ils investissent massivement pour devenir plus efficaces et plus modernes. Personne n’aime travailler avec des outils archaïques, personne n’aime gaspiller des ressources et personne ne se lève le matin en se demandant comment dépenser les impôts de ces concitoyens.

La Govtech représente 400 milliards de $ par an

Pourquoi personne n’en parle ?

D’abord à cause du manque de financement. La plupart des fonds qui investissent dans des startups veulent des retours rapides et une croissance exponentielle. Les administrations sont connues pour demander des produits extrêmement personnalisés donc peu industrialisables, et les cycles de décision du secteur public se mesurent parfois en années, ce qui fait fuir les investisseurs.
La lenteur des cycles de décision ne serait pas un problème si les montants des contrats augmentaient en fonction du temps nécessaire, mais ce n’est pas le cas. Une entreprise peut passer un an à travailler sur un appel d’offre de quelques dizaines de milliers d’euros et le perdre, ce qui est absolument inenvisageable pour une startup.

Cette lenteur, combinée à l’image presque technophobe du public, décourage aussi les entrepreneurs. Pourquoi se lancer dans la Govtech quand la fintech permet des réussites plus rapides et plus médiatisées ? Pourquoi passer des mois à démarcher des clients, quand les contrats avec le privé se décident parfois en quelques heures ?

La prochaine licorne européenne sera une startup de Govtech

Plusieurs tendances donnent des raisons d’espérer, et un champion européen de la Govtech peut émerger dans les prochaines années.

Un écosystème de startups et d’investisseurs commence à apparaitre

Les premiers fonds finançant exclusivement des startups de Govtech sont apparus aux Etats-Unis, et ils commencent à arriver en Europe. Plusieurs startups se sont lancées dans le secteur de la Civic tech ou de la Govtech et ont réussi des levées de fonds qui auraient été inenvisageables il y a encore quelques années.

Fluicity, OpenDataSoft, Voxe, autant d’exemples de startups implantées en France et en Europe qui participent à la création d’un écosystème indispensable à la diffusion de la technologie dans le secteur public.

De plus, les pouvoirs publics accompagnent cet écosystème. La Mairie de Paris a par exemple annoncé la création d’un Civic Hall parisien, à l’image de celui de la ville de New York.

L’Europe est avantageuse pour les startups Govtech

L’Europe est l’endroit idéal pour développer une licorne Govtech. Le marché européen est le plus grand du monde, les règlements européens harmonisent les obligations, et le marché unique numérique permet un déploiement rapide d’infrastructures européennes.

The Family a écrit un excellent article (en anglais) sur les avantages spécifiques de l’Europe, mais le plus important est le suivant : les ventes B2B sont éternelles. C’est encore plus vrai pour les ventes au secteur public. La vente est très difficile, mais une fois que l’on a un client, il est facile de le garder. Une startup Govtech capable de délivrer de la valeur à ses clients, année après année, gardera 100% de ses clients d’une année sur l’autre, et pourra partir à la conquête de nouveaux marchés plus volatils.

Le principal problème est que la plupart des entrepreneurs européens raisonnent encore en terme nationaux. Les frontières ont beau avoir disparu pour les personnes et les capitaux, elles existent encore dans nos esprits et empêchent la création de champions européens. Ouvrir un compte en banque en Allemagne parait impensable. Implanter son équipe commerciale en Italie parait trop complexe. Mais il est tout à fait faisable de construire une entreprise avec plusieurs équipes dans plusieurs pays, pour tirer le meilleur de chaque ville.

Une opportunité unique

L’industrie Govtech est encore jeune, mais avec un marché immense, des clients qui investissent massivement et une tendance profonde poussant à l’adoption de nouveaux produits, c’est sans doute l’une des industries les plus prometteuse pour les années à venir. Les contraintes budgétaires, la diffusion des technologies SaaS et les exigences de transparence poussent les administrations vers la technologie. Il est difficile de concevoir un gouvernement moderne qui ne tirerait pas parti des dernières innovations pour définir et implémenter les politiques publiques.

Les entreprises européennes peuvent tirer parti d’avantages uniques, et si la legislation continue à évoluer dans le bon sens, l’environnement sera idéal pour une licorne européenne de Govtech.

Merci !

Vous pouvez nous suivre sur Twitter pour ne rien manquer de l’actualité Govtech.